Partagez | 
 

 In the middle of the night, when the angels scream ♦ Arslane [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Âge : 24 ans.
Statut social : Modeste.

MessageSujet: In the middle of the night, when the angels scream ♦ Arslane [Terminée]   Lun 9 Mai - 17:55



ARSLANE K. RANGSEY



NOM ; Rangsey.
PRÉNOM ; Arslane ; Kaël.
ÂGE ; 24 ans.
SEXE ; Masculin.
ORIENTATION SEXUELLE ; Indéfinie.
STATUT CIVIL ; Célibataire.
MÉTIER ; Lieutenant de l'Armée.
GROUPE ; Armée.
ROYAUME ; Dorne.

PHYSIQUE + MENTAL


 

COULEUR DE PEAU ; Claire ; typée caucasienne ; sensible au soleil.
CHEVEUX ; Longs, lisses et fins ; tombent jusqu’au creux de ses reins ; noir de jais aux reflets parfois bleutés ; souvent retenus en une queue de cheval pour se pas s'emmêler ; demandent beaucoup de soins pour ne pas s'abîmer et rester doux.
YEUX ; En amande ; bleu sombre ; souvent cernés.
VISAGE ; Allongé ; aux traits fins et légèrement féminins ; aristocratique.
NEZ ; Long et droit.
OREILLES ; Rondes ; de taille moyenne ; percées mais rarement décorées..
PARTICULARITÉS ; Peu de bijoux et autre accessoires inutiles ; ongles longs pour un homme ; quelques cicatrices dont une plus visible le long des cotes.

TAILLE ; Relativement grande.
SILHOUETTE / CORPULENCE ; Silhouette mince et élancée ; musculature sèche et saillante ; corps nerveux.
ALLURE ; Propre et soignée ; froide ; se veut inaccessible et peu avenante.
DÉMARCHE ; Droite, fière et confiante ; parfois hautaine.
POIDS ; Moyen, voir un peu léger.
ÉTAT DE SANTÉ ; Excellent car entretenue avec soin.

STYLE VESTIMENTAIRE ; Classique et sobre ; uniforme militaire la plupart du temps.
ACCESSOIRES ; Peu nombreux et toujours utiles ; une ceinture ornée de petites sacoches transportant entre autres de quoi désinfecter et bander une plaie ou encore allumer un feu ; des gants de cuirs fins et souples.
ÉQUIPEMENT ; un Bagua Dao : un sabre de près d’un mètre de long, à la garde très travaillée, épais et peu recourbé ne se fixant non pas à la taille mais au travers du dos de son propriétaire ; une paire de lames plus courtes, fines et discrètes se fixant dans le haut du dos également ; quelques couteaux de lancés pouvant être dissimulés dans un vêtement.

Enfant, Arslane ne tenait pas en place. Il était, comme beaucoup de jeunes de son âge, d’un naturel joyeux, curieux et extraverti. Mais il aimait par-dessus tout conter les fabuleuses aventures des mille et un personnages naissant dans son esprit foisonnant.
Aujourd’hui, il n’en reste malheureusement rien. Le petit garçon souriant est devenu un adulte froid et silencieux. Sans n’être qu’une poupée de cire pour autant, les quelques émotions qui viennent parfois illuminer son visage lisse semble glisser dessus sans parvenir à s’y accrocher. Trop vite, il reprend cet air neutre et peu avenant qui le caractérise. À ceux qui ne le connaissent pas, il apparaît comme un homme sérieux, sûr de lui, autant parfois. Pour les autres, ceux qui le fréquente chaque jour, il n’est qu’une grosse coquille vide, comme si la vie avait déjà aspiré tout ce qui faisait de lui un être humain, ne laissant que l’enveloppe. Il est pourtant de rares moments ou le militaire semble plus vivant que jamais. Car tous les efforts du monde ne pourront jamais lui ôter ce tempérament sanguin qui est le sien. Certains le définiront même de colérique tant il est simple de s’attirer ses foudres. Car Arslane est fière, peut-être un peu trop, et il ne supporte ni le manque de respect, ni l’insubordination. Cependant, il ne se laisse pas aveugler par son ego, du moins pas trop. C’est sans doute son éducation militaire qui fait de lui quelqu’un aimant profondément l’ordre, la discipline et la droiture. C’est pourquoi il s’efforce de laisser de côté ses humeurs afin de se montrer le plus juste possible.
Mais ce n’est pas seulement pour cela qu’il prend si soin de défendre chaque individu aussi pauvre et malade qu’il soit. Il ne se souvient encore que trop bien des longues journées passées à errer, le ventre creux, en quête d’un peu de nourriture, d’un coin d’ombre, d’un peu d’eau. Plus jamais il ne veut revivre cela et, plus encore, ne souhaite ce sort à personne. Ainsi, il travaille et se bat avec l’espoir secret qu’un jour Dorne ne soit plus ce théâtre de souffrance. Et pour cela, il sait ce qu’il doit détruire. Les Evilious sont à l’origine de tout ce mal et ne font que le rependre encore et toujours. Il en a été la victime et porte depuis une haine féroce envers eux, une haine qu’il entretient patiemment jour après jour afin que jamais elle ne le quitte, que jamais il n'oublie.
Cette part sombre de son être contraste fortement avec un autre lui, plus doux et surtout plus fragile. Arslane n’est encore qu’un gosse ayant grandi beaucoup trop vite. C’est pourquoi, lorsqu’il peut, à de rares occasions, visiter sa mère, c’est avec un soupir de soulagement qu’il l’enlace, tremblant et vacillant. Mais cette faiblesse, il prend soin de la garder cacher. Il pense à tort ou a raison que le monde est un milieu hostile ou seul les forts survivent. Ainsi, dès ces instants de bonheurs envolés, il enfile de nouveau son masque de marbre.

HISTOIRE

Pour les moins courageux ^^:
 

Aux yeux de tous, Dorne ne brille pas pour ses terres accueillantes et la richesse de ses villes. Pourtant, il est en ce pays de chagrin quelques nobles familles qui parviennent à vivre sans trop se soucier des guerres et de la famine. Les Rangsey étaient de ceux-là, un couple paisible prenant soin de se tenir loin des conflits et de la politique. L’homme, un certain Kaël Rangsey tenait sa petite fortune de son père occupant autrefois un poste important au sein de l’armée. Il avait épousé très jeune la benjamine d’un riche bourgeois ami de ses parents. Tout deux avait rapidement accueillit au sein de leur foyer un fils, Arslane Rangsey. Moins d’un an après cet heureux évènement, un second garçon vint au monde mais ne survit malheureusement pas, plongeant la mère dans une triste dépression dont elle ne sortit que deux longues années. Arslane resta alors l’unique enfant de la famille. Du moins, jusqu’à l'âge de cinq ans.

En effet, un soir d'août, tandis que l’accablante chaleur de la journée retombait tout juste, le père fit une rencontre bien singulière. Il revenait alors d’une rapide course, les bras encombrés d’un sac de toile rempli de fruits qu’il venait d’acheter lorsque une orange, en équilibre précaire, roula hors du sac et chuta. Kaël baissa les yeux, s’attendant à ce que le fruit, trop mur, éclate au sol. Mais avant que cela ne puisse arriver, une petite main se saisit vivement de l’agrume. Sans plus attendre, le propriétaire de ce petit poing agrippant fermement son bien recula et fit mine de s’enfuir. Abasourdi, l’adulte mit quelques secondes à réaliser ce qui venait de passer. Lorsqu’enfin il se décida à réagir, le voleur avait presque disparu à l’angle de la rue. Sans plus réfléchir, il bondit à sa suite, laissant choir au sol son fardeau. Le bruit fit sursauter celui qui filait avec son orange qui se retourna brièvement. Kaël se heurta alors à deux orbes rouge sang. Devant lui se tenait une fillette, sans doute pas plus âgée que son propre fils, aux cheveux crasseux et aux mains couvertes de terre. Bien sûr, il était étonnant de croiser un vagabond dans cette ville. La plupart d’entre eux se traînaient dans les rues d’Enbizaka. Mais plus surprenant encore était ce regard de feu braqué sur lui, le dévisageant avec crainte et curiosité à la fois. Et, sans comprendre quand ni comment, Kaël tomba sous le charme de cette petite aux yeux de rubis. Ce jour-là, celle qui n’était jusqu’alors qu’une ombre errant dans les rues d’une ville de lumière devint une Rangsey.

Elle intégra sans mal la vie paisible de la famille, comme si elle en avait toujours fait partie. Le matin, sa mère adoptive, Bulan Rangsey, tressait ses cheveux. Lorsqu’il faisait bien trop chaud pour rester enfermé chez soi, Kaël l’emmenait avec lui explorer les bois entourant sa propriété. Et la nuit, alors que le tonnerre l'empêchait de trouver le sommeil, Arslane venait se glisser dans son lit et lui contait mille histoires merveilleuses. Ainsi passait les années, sans bruit et sans esclandre. La petite aux yeux de rubis restait inchangée. Elle ne parlait pas, ne mangeait que peu, se déplaçait toujours sans un bruit. Seul un détail la différenciait de la misérable qu’elle était auparavant. Elle souriait. Et lorsque sa bouche s'entrouvrait ainsi, lorsque ses yeux si particuliers s’illuminaient, lorsque son visage rayonnait, le temps semblait se suspendre. Elle avait ce don, une présence envoûtante à laquelle personne ne résistait bien longtemps, pas même Arslane qui n’avait pas huit ans et ne pouvait cependant la quitter des yeux, fasciné. Elle était spéciale, peut-être un peu trop. Kaël s’en rendit compte un matin qu’il l’aidait à laver ses longs cheveux sombres. Il croisa une fois de plus ces yeux uniques et une vif pincement au cœur le surprit. Une Evilious.

Pourquoi ne l’avait-il pas compris plus tôt ? Elle l’avait rendu aveugle, lui et tous les autres qui avaient croisé sa route. C’était là son effrayant pouvoir. Vacillant sous le poids de la nouvelle, il recula, fixant celle qu’il voyait comme sa propre fille. Celle-ci lui retourna une œillade neutre, tranquille comme elle savait si bien le faire. Et aussitôt, il comprit qu’il ne pourrait se séparer d’elle, la jeter dehors. Pour son enfant aux yeux de rubis, il braverait les tabous et interdit autour de son espèce. Il savait bien que si on la découvrait, elle serrait capturée, réduit en esclavage, vendu. Il ne permettrait pas cela. Il la cacherait, jusqu’à la fin, jusqu’à ce que le monde soit prêt à l’accueillir. À compté de ce jour, Kaël cessa d’être celui qu’il avait toujours été, un père attentif, un mari aimant. Il perdit peu à peu la raison, ne sortit plus de chez lui, ne parla plus, laissant sa famille dans l’incertitude. Sa paranoïa devint telle qu’il fit renforcer la porte de leur maison, privant Arslane et sa mère du moindre rayon de soleil. Jour et nuit, les rideaux restaient tirés, les fenêtres verrouillées. Et c’est ainsi que le fils des Rangsey grandit, dans l’ombre et la peur. Mais toutes ces mesures ne servirent à rien. On n’échappe pas à son destin. Et à Dorne, celui des Evilious n’a rien d’enviable.

Un matin, la petite famille fut réveillée par de vigoureux coup porté à la porte. Personne ne bougea cependant pour ouvrir sur ordre de Kaël. Cependant, l’intrus n’abandonna pas et lorsque le bruit cessa, ce fut pour laisser la place à un choc plus violent que tous les autres. La porte, toute blindée qu’elle était, ne tint pas et explosa. Aussitôt la voie ouverte, un premier homme en uniforme pénétra dans l’entrée dans laquelle se tenait la petite famille fébrile. Quatre hommes entrèrent à sa suite, le regard dure et le menton haut. Le premier observa un instant chacune des personnes présentes avant de pointer la plus petite du doigt. Sa voix grave et autoritaire raisonna dans le silence des lieux. Il ordonna qu’on la livre. Le reste fut plus que flou. Arslane ne se souvient que de la soudaine étreinte de sa mère qui s’était vivement jetée sur lui, des cris de son père, des bruits de coups, du fracas des meubles se brisant, de la peur qui l’étreignait. Tout cela ne dura qu’une seconde et sembla pourtant être une éternité. Quand le calme retomba, il ne restait de leur foyer qu’un amas de débris. L’Evilious avait disparu, seul se tenait là Kaël, le regard vide, le visage en sang. Cette image restera à jamais gravé dans son esprit d’enfant, celle de ce qu’il appellera plus tard le Fléau Evilious.

Les Rangsey n’étaient plus. Ils venaient de perdre tout ce qu’il avait, le moindre de leurs privilèges. Une seule solution s’offrait alors à eux, quitter la ville, s’installer là ou personne ne leur demandera de comptes, ou personne ne connaît leur nom. Enbizaka, ville de misère, les accueillit volontiers. Et c’est dans ces rues gangrenées par la pauvreté qu'Arslane apprit la vie. Il dut apprendre à voler pour nourrir son père incapable de faire le moindre travail tandis que sa pauvre mère passait ses journées à mendier et fouiller les poubelles de quelques boutiques et marchés. Eux qui n’avaient jamais manqué de rien payaient cher les erreurs d’un homme qui n’était même plus capable de prendre soin d’eux. Alors, doucement, la peur qu’inspirait au jeune garçon alors âgée de dix ans ce nouvel environnement se mua en une haine féroce envers son père et cette jeune fille dont le visage disparaissait doucement de son esprit. Durant de longues années, il prit soin de ce sentiment, le chérissant afin qu’il ne le quitte plus jamais et qu’il venge un jour la dernière personne a qui il tenait, sa douce mère. Si bien que lorsque son père s’éteint, il ne versa pas la moindre larme, se contentant d’abandonner son corps froid dans l’une de ces fosses communes, sans cérémonie ni sépulture. Enfin libéré de ce poids, il s’engagea dans l’armée dès que cela lui fut possible, laissant à regret sa mère seule. D'abord sujet de nombreuses railleries de part sa pauvre condition, sa volonté de fer et les ressources de son corps habitué à une rude vie lui permirent de grimper les échelons. Aujourd’hui lieutenant de l’armée terrestre de Dorne, sa pension permet à sa mère de finir paisiblement sa modeste vie.

“Plus jamais je ne serais le simple spectateur de ma propre vie.”

 
 
ET TOI DERRIÈRE L'ECRAN ?


PSEUDO : Kirsan :3
ÂGE : 17 ans.
UN BATON OU DES BOOBS ? Des booobs \o/
COMMENT AS-TU TROUVER UD ? : Sur un top.
PRÉSENCE : Tout les deux jours, si ce n’est plus (pas bieeen) xD
TON AVATAR C'EST : Yuu Kanda - D. Gray-man.
AUTRE CHOSE : *kissouilles sur vos fesses*
 
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

「 Invité 」


Invité


MessageSujet: Re: In the middle of the night, when the angels scream ♦ Arslane [Terminée]   Lun 9 Mai - 18:00

KANDA. :amur:
Comment ne pas kyater face à tant de sexyness, sérieusement.

Bienvenue (je viendrais te réclamer un lien direct, toi). What a Face
Revenir en haut Aller en bas

Esper Moody

avatar

Âge : 23 ans
Statut social : Aisée

MessageSujet: Re: In the middle of the night, when the angels scream ♦ Arslane [Terminée]   Lun 9 Mai - 18:15

Hey bijoul :aw: J'aime bien le petit résumé pour les flemmards XD Belle fiche sinon owo Tout est okay je te valide /o/




FÉLICITATIONS !

Tu es maintenant validé(e) ! Nous sommes heureux de t’accueillir officiellement au sein de notre grande famille ! Nous restons à ta disposition si tu as la moindre question !

Tu peux donc dès à présent de lancer dans l'aventure mais avant dé débuter un rp, n'oublies pas de remplir ton profil et de te lister pour ne rien te faire piquer.

Peut-être veux-tu aussi créer le journal intime de ton personnage ? Pas de soucis !

Tout est prêt ? Tout a été fait ? Maintenant tu peux te proposer pour rp avec les autres membres du forum !

Amuses-toi bien parmi nous !




#009900


« L’utopie ne signifie pas l’irréalisable, mais l’irréalisé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mastersnekos.forumactif.org/

「 Contenu sponsorisé 」



MessageSujet: Re: In the middle of the night, when the angels scream ♦ Arslane [Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
In the middle of the night, when the angels scream ♦ Arslane [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [#6] Cause the night is dark and full of... Fantominus [Terminé]
» Wednesday Night Raw # 60
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark Angels + Ultra Marines + titan Ork VS GI
» Forteresse of doom Dark Angels de planetstrike

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UTOPIA ♕ DYSTOPIA :: PERSONNAGE :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: