Partagez | 
 

 I'm not mad, I'm just hurt oOo {U.C.}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

「 Invité 」


Invité


MessageSujet: I'm not mad, I'm just hurt oOo {U.C.}   Dim 8 Mai - 19:31



SHAZUH ERESAA



NOM ; Eresaa

PRÉNOM ; Shazuh.

ÂGE ; 21 ans.

SEXE ; Masculin.

ORIENTATION SEXUELLE ; Il ne sait pas et est complètement désintéressé.

STATUT CIVIL ; Rien. Seulement pauvre. Complètement ruiné, sans un sous, vivant au jour le jour.

MÉTIER ; C'est un voleur. Un emmerdeur aussi. Un simple vagabond qui est devenu plutôt célèbre avec le temps…

GROUPE ; Evilious.

ROYAUME ; Dentos.

POUVOIR / DON ; Shazuh peut réunir et maîtriser les ténèbres.

On dit qu’il parle avec les morts, avec la nuit, mais ce n’est qu’une rumeur. On dit aussi qu’il peut créer une nuée de corbeaux, des gerbes ébènes et suintantes, mortifères. Des gerbes capables de tuer, capables de faire souffrir. Mais le jeune homme en subit les conséquences : ses os, ses articulations se fragilisent à chaque utilisation. Si les ténèbres rongent ses victimes, elles le dévorent à l’intérieur. Il est rouillé, il est pourri. Il est fou aussi ; elles détraquent complètement son cerveau.

Ses pouvoirs sont plus puissants en pleine nuit ou dans les endroits sombres et malfamés…
Il s'en sert mal, toujours dans l'excès, s'épuisant très vite.

PHYSIQUE + MENTAL


 

C’est un regard indifférent que Shazuh échange avec son reflet. Un regard froid, un regard fou. Un regard mort. Une peau blafarde, blanche, tranchant avec ses longs cheveux noirs et soyeux. Noir comme la nuit. Noir comme les ténèbres.

Il les ramène sur son épaule en un geste saccadé, les tresse lentement, brin par brin. Ses yeux en amande, rouge sang, détaillent ce visage morbide. Un petit nez, quelque peu épaté, des oreilles elles aussi discrètes, minuscules, cachées sous quelques mèches ébènes. Des lèvres roses, d’un rose-mort, d’un rose fané… Ses sourcils sont fins, son visage plutôt rond, bien dessiné. Il a une tête de gamin, mais il vieillit, surtout à l’intérieur.

Une cicatrice et un pendentif sur le cœur, il termine sa coiffure et s’assit en tailleur. Il détaille un instant sa musculature saillante, tout comme ses côtes. Un sourire glacial étire ses lèvres ; c’est bien la seule chose dont il est fier, ce corps de rêve. Un rêve apparent, un cauchemar en réalité.

Il doit mesurer dans le mètre soixante-quinze, ni grand ni petit. Moyen, mignon, maigre. Une silhouette de jeune loup, quelque peu famélique. Une allure d’âme morte, de créature ombrageuse, fermée, repliée sur elle-même, et cette démarche irrégulière, silencieuse, hésitante, claudicante. Il ne doit pas peser bien lourd, pas dans les normes en tout cas. Pas de quoi être en bonne santé… Mais il l’ignore. Il est fou et il s’en fout. S’il crache du sang, déjà noir, déjà pourpre, il ne s’en rend même plus compte. Elle, elle sait qu’il la rejoindra bientôt. Et lui, il sait qu’elle l’attend avec impatience… Combien de temps lui reste-t-il à errer sur ces terres ? S’il continue comme ça, à peine dix ans… Et encore…

On raconte que son pouvoir, sa malédiction lui a crevé le cœur, les yeux, l’esprit. On raconte qu’elle lui détruit les organes, qu’elle les brûle à petit feu. On le surnomme le fantôme noir. Le fantôme des ténèbres, de la nuit.

Il porte toutes sortes de choses… Tout ce qu’il trouve, tout ce qu’il vole. Noir, blanc, vert ou rouge, peu importe après tout. Mais il aime ce qui brille, l’or par exemple. Ça, il aime beaucoup. Et il pille les nobles, il leur arrache des mains leur fortune, leurs bijoux. Des bracelets en or massif entourent ses poignets, comme des trophées. Le cou est réservé au pendentif de l’être aimé. Juste au pendentif.
Sur son épaule, une vieille besace, et dedans, des couteaux, des souvenirs, tout sa vie… Tout son enfer. Il y a aussi cette substance étrange, au fond d’un flacon, cette substance qui lui permet de subsister encore un peu. Jusqu’à accomplir son but. Son but ultime…
Si la maladie n’a pas laissé de trace, tout juste rougi ses iris, il n’en reste pas moins touché. Les changements sont internes et bien plus grave qu’on ne le pense.


PERDU • FOU • MESQUIN • RUSÉ • CRUEL • PROFONDÉMENT TOUCHÉ •  VIOLENT • DÉTERMINÉ


Lorsque l'on parle de lui aux passants, leurs yeux s’emplissent de terreur, d’une crainte profonde. On le croit inhumain, dénué de sentiments. On en a peur, on veut sa peau… Et il le sait. Il s’en amuse beaucoup, énormément. Il aime terrifier. Il aime comme il aimait Léna. La mort de cette dernière fit basculer sa vie. La jeune femme bouscula toute son existence.

Le syndrome eut un effet effrayant sur lui. En quelques mois, il se trouva atteint de troubles de la mémoire, de troubles de la personnalité. Il devint irrationnel, perdant tout sens des limites. Il se transforma en un spectre, une âme à la fois morte et vivante, errant dans les coins les plus sombres de la capitale, sa seule image hantant les habitants.

Shazuh est perdu. Il ne vit plus : il subsiste, il se traîne. Devenu complètement fou, il rêve de sang et de morts, il rêve de massacres et d’une tête. Juste d’une tête, celle du roi. Il rêve de le détrôner, de l’assassiner pour venger sa mie, sa douce. Pour venger sa muse.
Il pille, il blesse. La plaie béante ouverte sur son cœur se panse peu à peu, laissant place à une cicatrice sulfureuse.

Il est devenu cruel, mesquin. Il ne sait plus ce que vaut la vie. Il s’en fout. Il se fout de tout. Il ne fait que survivre grâce à ses ruses et à ses vils stratagèmes. Car le jeune homme est resté intelligent. Une intelligence à présent dangereuse, une intelligence toute orientée vers le vol, les massacres, les meurtres.
Il trompe les gens, leur offrant une personnalité attendrissante, touchante. Il les appâte, joue avec eux comme un chat jouerait avec sa souris. Une fois qu’ils sont tout près, tout près, il leur tord le cou. Et il aime ça.

C’est un homme brisé, brisé par le chagrin, brisé par la maladie. Et en vérité, il a peur. Il a peur de vivre, il a peur de relever la tête. Il l’aimait, il vivait pour elle, pour elle seule. Sa disparition l’a profondément blessé.
Shazuh est tombé de haut, s’est écrasé au fond d’un précipice dont il ne pourra plus jamais remonter.
Il lui reste cette vieille personnalité enfantine, celle devenue accessoire, celle devenue fausse. Douce, aimante, sensible. Mais le véritable Shazuh a disparu. Il n’est plus que l’ombre de lui-même et personne n’a encore réussi à le relever.

Ce monde, son existence sont devenus pour lui un véritable enfer.
Parfois, il pleure. Il pleure tout seul dans la nuit. Il ne sait pas pourquoi… Peut-être pour tout. Le sang macule ses mains, les richesses des autres ornent ses bras et emplissent sa besace. C’est dans la souffrance qu’il se repent, car oui, il a mal. Tant physiquement que mentalement. Ses pouvoirs ne l’aident en rien. Chaque jour, les ténèbres l’engloutissent. Chaque jour, il devient encore plus fou, encore plus absent, inconscient de ses actes.

Il sait qu’il est recherché, il joue avec les forces de police. Il court, elles le traquent. Il a toujours une longueur d’avance sur eux. Il joue avec le feu. Il sait qu’il trouvera le roi, et il le veut. Cela fait des années, de longues années, des jours entiers que le garçon suit sa trace ; et de fil en aiguille, le voilà qui touche presque au but ; il pense qu’une fois l’ennemi tué, il retrouvera enfin la paix. Il pense que Léna veille sur lui, est toujours vivante. Il rêve d’elle. Il en rêve même éveillé, lui parlant sans cesse. On croit qu’il communique avec les morts, mais ne serait-ce pas seulement son subconscient qui lui répond ? N’est-il pas plusieurs ?

Il est déjà deux. Le sombre, le pur. Le nouveau, l’ancien, même si ce dernier est peu à peu dévoré par la folie.
Il marche, il cherche, il traque. Il attend l’heure de la vengeance.


HISTOIRE

Dumque ibi diu moratur commeatus opperiens, quorum translationem ex Aquitania verni imbres solito crebriores prohibebant auctique torrentes, Herculanus advenit protector domesticus, Hermogenis ex magistro equitum filius, apud Constantinopolim, ut supra rettulimus, populari quondam turbela discerpti. quo verissime referente quae Gallus egerat, damnis super praeteritis maerens et futurorum timore suspensus angorem animi quam diu potuit emendabat.

Et quoniam mirari posse quosdam peregrinos existimo haec lecturos forsitan, si contigerit, quamobrem cum oratio ad ea monstranda deflexerit quae Romae gererentur, nihil praeter seditiones narratur et tabernas et vilitates harum similis alias, summatim causas perstringam nusquam a veritate sponte propria digressurus.
 
 
ET TOI DERRIÈRE L'ECRAN ?


PSEUDO : Lully
ÂGE : 15 ans
UN BATON OU DES BOOBS ? Boobs ^^'
COMMENT AS-TU TROUVER UD ? : De top en top  :amur:
PRÉSENCE : Alors alors… En général je me connecte plutôt souvent. Et au niveau de l'activité, ça dépend des périodes.
TON AVATAR C'EST : Judar de Magi  :aw:
AUTRE CHOSE : Normalement, m'inscrire sur un forum n'était pas prévu… Mais là, bah j'ai craqué  :stp: Bande de manipulateurs va ! x'D
 
 



Dernière édition par Shazuh Eresaa le Dim 8 Mai - 22:59, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

Esper Moody

avatar

Âge : 23 ans
Statut social : Aisée

MessageSujet: Re: I'm not mad, I'm just hurt oOo {U.C.}   Dim 8 Mai - 19:36

Bienvenue :aw: Bon courage pour ta fiche :owi: Comme je te l'ai dis en MP, tout le monde doit avoir un nom :c Sinon ça va partie en "ouais pourquoi j'en ai un et pas toi" ect, vraiment désolé si ça peut gâcher ton histoire ou autre :c


#009900


« L’utopie ne signifie pas l’irréalisable, mais l’irréalisé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mastersnekos.forumactif.org/

「 Invité 」


Invité


MessageSujet: Re: I'm not mad, I'm just hurt oOo {U.C.}   Dim 8 Mai - 19:46

Merci beaucoup :amur:
Vraiment pas de problème, ça ne changera pas grand chose de toute façon ^^ Je corrige ça, et je t'ai envoyé le nom voulu par mp :)
Revenir en haut Aller en bas

Esper Moody

avatar

Âge : 23 ans
Statut social : Aisée

MessageSujet: Re: I'm not mad, I'm just hurt oOo {U.C.}   Dim 8 Mai - 19:59

J'ai changé ça ^^ HO LE THUG IL A FAIT LE PHYSIQUE EN LIGNE D:


#009900


« L’utopie ne signifie pas l’irréalisable, mais l’irréalisé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mastersnekos.forumactif.org/

「 Invité 」


Invité


MessageSujet: Re: I'm not mad, I'm just hurt oOo {U.C.}   Dim 8 Mai - 20:13

T'as vu ça ? 8D

Hmm, hmm… x')
Merci pour le nom :amur:
Revenir en haut Aller en bas

Esper Moody

avatar

Âge : 23 ans
Statut social : Aisée

MessageSujet: Re: I'm not mad, I'm just hurt oOo {U.C.}   Dim 8 Mai - 20:19

ET SUR MN C'LE MEME TITRE DE FICHE D:


#009900


« L’utopie ne signifie pas l’irréalisable, mais l’irréalisé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mastersnekos.forumactif.org/


avatar

Âge : 33 ans

MessageSujet: Re: I'm not mad, I'm just hurt oOo {U.C.}   Lun 9 Mai - 2:07

Meh c'est qu'il commence à y avoir du monde à Dentos.
Weeeelcome ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

「 Invité 」


Invité


MessageSujet: Re: I'm not mad, I'm just hurt oOo {U.C.}   Lun 9 Mai - 2:34

JUDAAAR.
Voilà, ça c'est dit.

Bienvenue à toi. What a Face
Revenir en haut Aller en bas

Esper Moody

avatar

Âge : 23 ans
Statut social : Aisée

MessageSujet: Re: I'm not mad, I'm just hurt oOo {U.C.}   Jeu 19 Mai - 21:38

Il te reste 2 jours pour faire ta fiche, as-tu besoin d'un délais ? D:


#009900


« L’utopie ne signifie pas l’irréalisable, mais l’irréalisé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mastersnekos.forumactif.org/

「 Contenu sponsorisé 」



MessageSujet: Re: I'm not mad, I'm just hurt oOo {U.C.}   

Revenir en haut Aller en bas
 
I'm not mad, I'm just hurt oOo {U.C.}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» It doesn't hurt me - Maaron
» Hurt
» GEMMARD ✖ i hurt myself today, to see if i still feel
» Hurt me tender, hurt me true ▲ Azores Lullaillaco
» 05. I'm fu***ng perfect, it just don't look like that

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UTOPIA ♕ DYSTOPIA :: PERSONNAGE :: Présentations :: Refusées-
Sauter vers: